9 – Les JO vecteurs de diplomatie européenne | La place des citoyens dans les candidatures européennes aux JO 2024

La place des citoyens dans les candidatures européennes aux JO 2024

Les Jeux olympiques et paralympiques (JOP) s’organisent selon un calendrier qui nécessite pour les États et les métropoles potentiellement accueillants une préparation qui précède de près de 10 ans l’événement lui-même. De plus, le cahier des charges imposé par le Comité international olympique comporte des dispositions qui évoquent de plus en plus la participation des citoyens. Qu’elle soit sollicitée par les organisateurs ou revendiquée par les citoyens eux-mêmes, la participation des citoyens devient incontournable et peut jouer un rôle important dans le devenir de la candidature. À partir de l’étude des candidatures de Hambourg, Rome, Budapest et Paris aux JOP 2024, il sera question du recours aux sondages d’opinion et aux référendums, du rôle des réseaux sociaux dans les mouvements contestataires, mais aussi du type de compétences nécessaires à la contestation des Jeux.

Ouverture et perspectives : Les JO vecteurs de diplomatie européenne : sociologie d’une construction européenne

Depuis leur naissance à la fin du XIXème siècle, les compétitions sportives internationales ont toujours permis aux Etats de se mettre en scène. Les JO « modernes » sont ainsi le moment et le lieu d’expression du dynamisme, de la capacité d’organisation et du leadership d’une métropole, d’un pays, voire d’un continent. Outil du « soft power », la diplomatie par le sport est d’abord mise en œuvre par les nations. Or, depuis 2015, le sport est également considéré par la Commission européenne comme un outil de « diplomatie sportive » permettant « d’améliorer la politique extérieure et les relations internationales, d’atteindre le public de manière plus profonde, positive et efficace, de soutenir les politiques extérieures, ainsi que d’améliorer leur image et leur influence sur la scène internationale » (Commission, 2016). Au titre de méga-événement organisé dans une ville d’un pays membre de l’UE, les JO 2024 contribuent à la diplomatie « sportive » de la Commission. Dans son dossier de candidature aux JOP 2024, la France avait ainsi valorisé sa place au cœur de l’Union européenne en proclamant des Jeux parisiens « éminemment européens ». Après les retraits de Budapest, Rome et Hambourg, Paris restait en effet la seule candidature européenne face à Los Angeles. Dès lors, les JO relèvent-ils d’enjeux européens ? La question est légitime puisque les institutions européennes (UE et Conseil de l’Europe) tendent progressivement à suggérer l’idée d’une dimension européenne du sport, voire d’une « identité européenne » par le sport. Loin d’être nouvelle, cette européanisation des enjeux sportifs débute dans les années 1960 avec l’émergence progressive d’une doxa européiste du sport (Gasparini, 2011).

  • 12 octobre 2021 | 10h00 – 12h00 (France) | 17h00 – 19h00 (Japon)
  • En ligne – En français
  • Intervenants : Professeur William Gasparini (Université de Strasbourg), Professeur Michel Koebel (Université de Strasbourg)
  • Discutant : Alexandre Faure (FFJ, EHESS)

William GASPARINI

William Gasparini est sociologue, professeur à l’université de Strasbourg et chercheur au laboratoire « Sport et sciences sociales » (UR 1342).  Directeur de l’Ecole doctorale « Sciences Humaines et Sociales. Perspectives européennes », il est actuellement titulaire d’une Chaire européenne Jean Monnet. Intitulé Le sport passeur d’Europe. Sociologie d’une construction européenne, ce programme vise à développer de nouvelles recherches et transmettre des savoirs innovants sur le sport, l’Europe et l’intégration européenne.

Il a publié 17 ouvrages et plus de 60 articles scientifiques sur les usages sociaux et politiques du sport. Parmi ses publications : « Vendre l’Europe ? Le sport comme vecteur de communication du projet européen (1966-1985) », Politique européenne, 2021 ; Le football des nations. Des terrains de jeu aux communautés imaginées, Editions de la Sorbonne, 2018 (avec F. Archambault et S. Beaud) ; L’Europe du football. Socio-histoire d’une construction européenne, Presses Universitaires de Strasbourg, 2017 ; Sociologie de l’organisation sportive, La Découverte, 2000.

Michel KOEBEL

Après avoir exercé 5 années au sein d’une collectivité territoriale comme chef de projets, puis comme conseiller technique et pédagogique au Ministère de la Jeunesse et des Sports, Michel Koebel exerce depuis 20 ans le métier d’enseignant chercheur à l’Université (d’abord à Reims, puis à Strasbourg depuis 2009). Ses domaines de recherche concernent essentiellement l’espace politique local et les politiques sportives territoriales. Il dirige le Master « Sport et aménagement des territoires » à la Faculté des sciences du sport de Strasbourg et est rédacteur en chef pour la sociologie de la revue Sciences sociales et sport.

Il a publié notamment Le pouvoir local ou la démocratie improbable, Éd. du Croquant (coll. Savoir/Agir), 2006 ; Les usage politiques du football, L’Harmattan (coll. Logiques sociales), 2011 ; “Les processus de contestation dans le cadre des candidatures des villes européennes aux JOP 2024 » dans la revue Movement & Sport Sciences (avec H. Bourbillères), 2020 ; “Local protests against the 2024 Olympic Games in European cities: the cases of the Rome, Hamburg, Budapest and Paris 2024 Bids” dans la revue Sport in Society (avec H. Bourbillères et W. Gasparini).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search