La mobilisation normande pour les Jeux olympiques de 2024

Charles-Edouard Houllier-Guibert – Maître de conférences à l’université de Rouen, en Stratégie et Territoire


Les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) seront basés principalement à Paris en 2024 (en plus de la Polynésie française et de la côte Méditerranéenne) mais toute la population française est en mesure de se sentir concernée, grâce à des initiatives politiques, nationale et régionale, qui veulent célébrer le sport en faisant vivre les émotions des Jeux à tous. La possibilité pour le plus grand nombre de se sentir proche de cet événement d’ampleur mondiale est aussi une manière de mobiliser les différents acteurs éducatifs autour des valeurs et de la promotion du sport, que ce soit pour la santé ou la cohésion. Cet état d’esprit pré-olympique suscite dans les régions françaises, dont la Normandie, une dynamique d’accueil sportif pour structurer et accélérer un programme de modernisation des équipements qui permettront d’organiser de futures compétitions nationales ainsi que les scolaires dans des conditions optimales.

En accueillant des milliers de sportifs qui vont être présents en France plus longuement que les quatre semaines de compétition en milieu et fin d’été 2024, des équipes vont s’installer dans le pays hôte afin de se familiariser avec le climat, respirer l’air local, être proche des sites olympiques, s’habituer au décalage horaire. C’est l’occasion pour la Normandie d’obtenir sa part olympique, davantage que le passage de la Flamme olympique qui cheminera probablement sur quelques lieux de mémoire du D-Day. Pour cela, la région agit en identifiant dès 2017 ses aménités hospitalières (infrastructures sportives, transport, hôtellerie, sites touristiques…), ce qui aboutit à un inventaire normand des grands équipements sportifs : sur 200 sites visités, 83 ont été retenus puis présentés sur la plateforme web preparezvouspourlor.normandie.fr, à destination des délégations nationales et internationales qui seraient intéressées.

De son côté, le COJO français a sélectionné nationalement des sites pour accueillir des délégations pendant leur préparation aux épreuves olympiques. Ainsi, dès 2019, les collectivités territoriales françaises ont été invitées à devenir Terre de Jeux 2024. Ce label incarne la volonté locale à soutenir le sport comme une thématique à valoriser à travers les JOP, auprès de toutes les populations des territoires concernés. Il engage à organiser des activités sportives tout au long de l’année, tout en étant un préalable à teneur symbolique qui prend la forme d’un sésame pour devenir Centre de Préparation des Jeux. En parallèle, le label Génération 2024 incite les établissements scolaires à créer des moments de découverte de nouveaux sports et à sensibiliser aux valeurs olympiques. Il s’agit par exemple d’expliquer les particularités d’un sport paralympique aux élèves, d’organiser une retransmission publique de Tokyo 2021, ou une rencontre entre les habitants et un athlète de haut niveau originaire de la région.

Deauville fait partie des 500 premières communes françaises labellisées Terre de jeux, poursuivant sa dynamique engagée depuis plusieurs années autour de l’accueil d’équipes sportives internationales, telles les basketteuses de l’équipe de France en 2010 pour préparer le Mondial, l’équipe masculine de football de la Croatie pour l’Euro 2016, les équipes féminines des États-Unis, de l’Angleterre et de l’Espagne pour la Coupe du monde en 2019. Sa stature est renforcée avec le pôle de compétitivité basée sur l’activité équestre : une vingtaine d’équipes internationales ont été accueillies en 2014 pour les Jeux équestres mondiaux, ce qui vient confirmer ce positionnement Evénementiel sportif international de la ville, notamment grâce aux structures comme le Pôle international du cheval, le Pom’s, le Parc de loisirs et le stade du Commandant Hébert.

Plus largement, sur les 619 sites retenus dans toute la France par le COJO, 47 sont normands : 3 dans l’Orne, 4 dans l’Eure et 4 dans la Manche. Le reste concerne les deux départements les plus peuplés et surtout les plus urbains. 25 sites en Seine-Maritime et 11 dans le Calvados. Le pôle le plus important concentre 16 sites dans la métropole de Rouen, soit les deux tiers.

La répartition par pôle dans les communes des 5 départements normands

La répartition par pôle dans les communes des 5 départements normands

Par exemple, dans la Manche, le complexe Chantereyne de Cherbourg-en-Cotentin pourra accueillir des entrainements de handball, tandis que le complexe Postaire sera dédié à l’athlétisme et au football. Le centre de Granville sera consacré au handball, au judo et au volleyball. Le pôle hippique de Saint-Lô proposera du dressage et du saut d’obstacles. Mais il est possible qu’aucune équipe ne viennent s’y entraîner. En effet, chaque centre de préparation retenu a répondu à un cahier des charges, constitué au minimum d’une infrastructure d’entraînement sportif, d’une solution d’hébergement et de restauration, et d’un établissement médical. Tous les sites retenus sont référencés dans un catalogue que peuvent consulter l’ensemble des délégations sportives participants aux JOP (206 Comités Nationaux Olympiques et les 182 Paralympiques) mais la présence dans ce catalogue ne garantit pas celle des équipes qui sont libres de leur choix. Aussi, voir des fans assister aux temps d’entrainement n’est pas certains en Normandie, comme dans les autres territoires. Sur les 619 sites validés, combien vont être retenus et combien vont être complets ? Il semble difficile d’obtenir des données au fil des mois pré-olympiques. L’esprit de compétition entre les territoires ne permet pas de recenser la répartition des flux et d’archiver ces informations qui restent confidentielles : les médias locaux en parlent mais personne ne collecte nationalement pour évaluer. Les CROS ou les CDOS, comités régionaux et départementaux olympiques et sportifs pourraient prendre ce recensement en charge mais cette approche marketing n’est pas au cœur de leurs pratiques. L’esprit marketing qui consiste à établir des liens entre l’offre et la demande afin de les faire converger, pourrait ici être renforcé pour que le système d’acteur local soit plus offensif vis-à-vis des délégations à attirer. C’est une attraction ponctuelle qui tient une fonction importante pour chaque territoire mais saurons-nous si certaines régions ou département n’ont reçu aucune équipe sur les 3 prochaines années ? Cette information stratégique pourrait être un indicateur des effets d’un méga-événement hors de Paris. Mais cela requiert une maîtrise de l’information, ce que l’on appelle le marketing analytique dont la constitution de bases de données exploitables permet la comparaison pour ensuite accompagner la décision politique. Les effets attractifs des JOP sont ici délicats à mesurer et nous en appelons à leur prise en charge par les instances publiques afin de pouvoir appréhender ces effets autrement que par des annonces médiatiques qui affirment que tout est formidable dans chaque site d’accueil. Ces effets porteurs localement ont déjà existé par le passé dans d’autres régions françaises, sous le statut de base arrière. Avant d’expliquer cette notion, soulignons qu’elle n’est pas clairement établie, oscillant entre le qualificatif “avancée” ou “arrière”, cela dépend d’où l’on observe le phénomène.

Ce que la Normandie gagnerait en tant que base arrière

Devenir une base arrière des JOP n’est pas nouveau, des exemples français montrent la manière de s’y prendre et les apports en matière de développement local.

Le 6 juillet 2005, la réunion du CIO à Singapour annonce la victoire londonienne et en même temps la défaite parisienne. Ce jour-là à Arras, le drapeau britannique fut hissé au mât de l’hôtel du département : localisée à moins de deux heures de Londres, le nord de la France allait profiter des Jeux. Engagé dans un projet baptisé Le Plus Grand Terrain de Jeux en accueillant en stage et en compétition pré-olympiques des équipes du monde entier, le lobbying du nord de la France s’est déployé dès les Jeux de Pékin 2008. Le positionnement s’est porté sur l’accueil pour les pays du tiers-monde, grâce à des camps d’entraînement moins onéreux qu’en Grande Bretagne. Ainsi, des conventions ont été signées avec des pays défavorisés (Haïti, Mali, Sénégal) qui ont bénéficié d’une prise en charge complète des stages de leurs athlètes, afin de proposer des conditions de préparation identiques à celles des autres délégations. Le plus grand terrain de jeux était un regroupement d’acteurs (le syndicat mixte de la Côte d’Opale, le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, une trentaine de collectivités partenaires) coordonné en faveur des flux financiers liés aux entrainements. D’abord centré sur le littoral, les partenariats se sont élargis au plan régional, impliquant aussi Lille-Métropole puis la Flandre occidentale belge. Deux avantages majeurs ont fait la différence :

  • D’une part, les équipements sportifs français sont gratuits. Pour exemple, la location d’une salle de basket dans le Kent pendant une semaine a coûté 60 000 €, tandis qu’en France, les impôts financent ces sites dans la mesure où la plupart des installations sportives tels les stades ou les piscines relèvent du domaine public.
  • D’autre part, le coût de la vie est moins élevé par rapport à la région londonienne où le coût atteint 250 € par personne et par jour alors que le Nord-Pas-de-Calais proposait l’hôtellerie et la restauration à partir de 100 €.

À titre d’exemple, la venue de l’équipe de natation russe a rassemblé une délégation de cent personnes présente pendant dix jours en hôtellerie 3 étoiles, ce qui a généré 200 000 € de dépenses locales. Au total, le retour sur investissement a été estimé avant l’événement à 1,3 million par an, auquel on peut ajouter l’impact médiatique. Entre 2008 et jusqu’à septembre 2011, une centaine de délégations par année est venue, puis la période pré-olympique a renforcé l’attraction jusqu’au premier semestre 2012. Le Nord-Pas-de-Calais a reçu 750 délégations nationales de 80 pays participants aux Jeux sans être perçu comme une concurrence par les britanniques : le COJO de Londres a soutenu la démarche, notamment car l’Angleterre manquait d’équipements de très haut niveau et ne pouvait plus investir dans certaines activités, comme l’aviron par exemple. Le partage des coûts a aussi été l’occasion d’améliorer les équipements, tel le plan d’eau d’aviron de Gravelines envisagé au début des années 1990, qui a été construit perpendiculairement à l’A16, orienté et conçu comme celui de Londres afin d’améliorer la quête de médailles.

Les territoires ultramarins français ont aussi été des bases avancées pour des événements sportifs internationaux majeurs.

  • La Nouvelle-Calédonie a accueilli des équipes sportives en 2000, servant de base avancée aux Jeux de Sydney. Les équipes françaises de triathlon, de boxe, de pentathlon moderne, d’escrime et de gymnastique s’étaient entraînées dans un environnement propice, notamment en vertu des conditions météorologiques comparables à l’Australie, de plus sur le même fuseau horaire. L’île essaie de prendre le même statut avec les JOP de Tokyo mais la distance en avion rend le discours fragile.
  • Dans la visée de la Coupe du monde 2014 de football au Brésil et des Jeux de Rio en 2016, l’idée d’accueillir des équipes de haut niveau, françaises et étrangères, dans leurs différentes phases de préparation à ces deux échéances, a abouti au projet Guyane Base avancée, inscrit en 2009 par le Conseil interministériel pour l’outre-mer au titre des grands projets structurants. Un groupement d’intérêt public associant l’État, les principales collectivités locales, le centre national d’études spatiales (CNES) et le mouvement sportif a alors été créé en 2011 pour assurer la mise en œuvre d’un programme d’infrastructures sportives de près de 40 millions € ainsi que la promotion de la Guyane auprès du mouvement sportif national et international. Les efforts d’intégration sont passés aussi par des partenariats autres que l’accueil. Ainsi, le comité d’organisation du Mondial 2014 a intégré cinquante jeunes guyanais issus de la Mission locale Régionale et des formations locales, parmi les membres de l’organisation événementielle des villes brésiliennes de Manaus et de Natal.

Les expériences calédonienne et guyanaise ont montré que de tels projets Base avancée étaient des occasions de bénéficier de la part de l’État d’un soutien renforcé pour la création et la rénovation d’équipements sportifs, réels accélérateurs du nécessaire rattrapage. C’est en effet opportun pour ces espaces périphériques qui sont souvent peu dotés sur le plan des équipements publics notamment parce que les densités de population sont faibles. Le projet guyanais avec d’abord 30 millions d’euros puis finalement 40, a permis d’améliorer la piste d’athlétisme de Remire-Montjoly (2,4 M€), la plaine des sports de Zéphir à Cayenne (1,7 M€), la salle des arts martiaux de Matoury (2,9M€), ainsi que d’agrandir le stade Edmard Lama à Remire-Montjoly (4,5 M€), de rénover le stade nautique de Baduel (8 M€), le stade Bois Chaudat à Kourou (4,5 M€) et le stade scolaire à Cayenne (2,4M€), d’étendre le centre médico-sportif départemental (1,8 M€), le bassin d’aviron et de canoë à Montsinéry (1,6 M€), de construire la piscine régionale de Mana (5,2 M€) et d’aménager le terrain de football d’Apatou. A ces équipements s’ajoute le chantier de l’Institut de Formation et d’Accès au Sport (IFAS), déjà prévu dans le cadre de politiques de développement régional mais qui, comme bien des projets publics, était long à émerger. C’est l’avantage de l’effet catalyseur d’un méga-événement. Dès lors, la rénovation de deux hôtels et la réalisation d’un nouveau complexe hôtelier de 132 chambres aux normes 4 étoiles à Cayenne a conduit à renforcer rapidement, entre 2011 et 2014, l’attractivité de la Guyane en tant qu’espace sportif hospitalier. Si quelques chantiers n’ont pas été terminés à temps, Ce sont 18 projets qui ont ainsi été menés, dont 11 créations d’équipements et 7 réhabilitations.

Dès 2012, une promotion territoriale accompagnée d’un lobbying auprès des acteurs du mouvement sportif national et international visaient à attirer. Les arguments étaient l’absence de décalage horaire, les similitudes climatiques (plus évidentes pour la Coupe du monde que pour les JOP), l’accès gratuit aux équipements dans la tradition française, et, dans un contexte sud-américain violent, des conditions générales de sécurité de qualité, associées à un environnement francophone pour les délégations sportives qui le souhaitent. Il en ressort l’accueil de peu d’équipes. Six fédérations françaises pour des entraînements pré-olympiques (taekwondo, football féminin, judo, escrime, natation synchronisée et natation handisport). La Fédération Française de Football a validé la venue de l’équipe de France en Guyane pour un match amical face à l’équipe du Brésil le 11 juin 2014 au stade Edmard Lama. La venue de sportifs africains en Guyane (athlètes, lutteurs, judokas pas toujours francophones) sur une période de trois ans (2014-2016) a permis d’établir une compétence d’accueil des acteurs guyanais. Enfin, des sportifs de haut niveau ont été mobilisés pour faire la promotion du projet guyanais autour du footballeur autochtone Bernard Lama, idée que la Normandie vient de reprendre.

L’expérience de la Normandie et ses nouveaux ambassadeurs

En 1992, pour les Jeux de Barcelone, le Languedoc-Roussillon avait travaillé sur un projet de base arrière, ce qui facilitait l’organisation des Jeux méditerranéens l’année suivante. En Normandie, c’est un agenda inversé, son statut de base arrière peut être conforté par l’organisation de ce qui peut s’apparenter à des Jeux olympiques scolaires dès 2022. Pendant trois jours en septembre 2019, des experts se sont déplacés sur plusieurs sites normands comme le stade Hélitas à Caen ou le palais des sports de Rouen, afin d’évaluer la candidature française qui l’a emporté contre la Serbie, la Russie et l’Azerbaïdjan. L’accueil des Gymnasiades School Summer Games va réunir jusqu’à 5 000 lycéens issus de 80 pays pour concourir dans 19 sports du 14 au 22 mai 2022, à travers des compétitions sportives organisées au Havre, à Deauville, Caen et Rouen. En plus des sites sportifs classiques, divers espaces vont servir à rapprocher la population locale des jeunes sportifs, comme la plage, un hippodrome, un couvent, une abbaye pour des épreuves variées : athlétisme, boxe, échecs, escrime, gymnastique, judo, karaté, lutte, natation, taekwondo, tennis, tir à l’arc, course d’orientation, beach-volley, rugby à 7, basket 3×3, hip-hop… il y a une forme d’adaptation aux activités sportives qui plaisent le plus aux jeunes, ainsi qu’une appropriation des espaces patrimoniaux. En plus des compétiteurs, 500 entraîneurs et 500 encadrants dont des enseignants vont être présents pendant les dix jours de l’événement inauguré dans les rues de Deauville, qui saura être hospitalière notamment avec la mobilisation de 1000 jeunes bénévoles locaux sur l’ensemble des sites normands. C’est bien là un enjeu régional que de rassembler un millier de jeunes, 2 années précédant les JOP, c’est-à-dire un vivier de ferveur locale qui pourra peut-être ensuite tenir une fonction bénévole pendant les Jeux parisiens. Ce bénévolat va en partie reposer sur les 700 000 licenciés normands qui s’entrainent dans plus de 7 600 clubs, dont 180 dans les premiers niveaux nationaux. Lors des JOP de Rio 2016, 26 normands engagés dans les compétitions ont ramené 7 médailles, ce qui justifie le soutien à l’excellence sportive à travers une politique régionale qui accompagne annuellement environ 200 événements sportifs.

Cet écosystème local sportif a facilité la création d’une Team Normandie, composée de 20 sportifs de haut niveau ou de jeunes espoirs, formant les ambassadeurs de la région qui doivent incarner l’excellence régionale. Le Centre sportif de Houlgate a accueilli en octobre 2020 cette délégation sur 2 jours, proposant des ateliers, entraînements, séances de coaching, temps de formation, d’échanges et de cohésion entre athlètes qui sont pressentis pour Paris 2024. Cette équipe multisport des quatre coins de la région repose sur des critères d’excellence et d’ancrage régional (la trajectoire de performance de l’athlète, son attachement à l’identité normande et son ancrage local) après consultation des ligues qui ont proposé des noms afin de renforcer la première équipe de 2017-2020. Sur les 58 propositions de nouveaux athlètes, la prise en compte des disciplines, de la répartition territoriale et l’équilibre hommes-femmes a abouti à sélectionner 20 athlètes, âgés de 18 à 36 ans, pour la période 2020 à 2024. Ils ont comme point commun de prétendre à une qualification, voire à une médaille lors des grandes compétitions internationales ; et ils bénéficient d’une aide de 2 000 € en complément du dispositif régional de soutien aux sportifs de haut niveau, en matière de tenues et d’équipements.

Rendre la Normandie mondiale pour accueillir le monde

Contrairement à ce qui était envisagé dans la candidature des Jeux 2012 à Paris, la Normandie n’accueillera pas d’épreuves olympiques en 2024. Pour comprendre l’intérêt stratégique de la Normandie d’être une base arrière des JOP, les expériences passées en France montrent les apports en matière de développement local. L’objectif majeur est l’hébergement long, à une courte distance des sites olympiques, par rapport à un marché de la location ou de l’hôtellerie bien plus cher à Paris. Ainsi, les comités de tourisme et les agences de voyage doivent se mobiliser pour vendre la Normandie à partir de l’avantage financier. C’est ce qu’on appelle en Stratégie, la domination par les coûts. Dans ce cadre, la Normandie est en concurrence avec d’autres espaces satellites de la capitale-monde (Haut-de-France, Champagne, Orléanais, banlieue parisienne…) mais aussi les métropoles en liaison rapide avec les gares parisiennes : Rennes, Nantes, Lyon, Bordeaux… Par exemple, avec 28 sites labellisés, le Pas-de-Calais est le deuxième département français le mieux doté. Son Office départemental du tourisme a estimé les retombées économiques locales à 300 000 € en 2011 à partir de 18 stages prévus dans trois hôtels haut de gamme à proximité d’Arques, ce qui le rend offensif pour maintenir une fidélisation des visiteurs sportifs (athlètes en préparation, touristes, supporters des quatre coins du globe) : « vous êtes venus pour Londres 2012, revenez chez nous pour préparer Paris 2024 ».

Pour que la Normandie se démarque dans cette situation concurrentielle d’attraction, la mondialité de la région peut être mise en avant en tant qu’atout différenciateur. En effet, son potentiel rayonnement symbolique basé sur les récurrentes commémorations de la seconde guerre mondiale peuvent servir d’avantage concurrentiel. Cette notion issue des sciences de gestion est la mise en avant d’un élément qui différencie fondamentalement l’offre d’une organisation (ici une région) par rapport à ses concurrents (ici d’autres espaces où peuvent s’installer des équipes pour s’entraîner) et qui doit être difficilement imitable. La stratégie mise en place par la Normandie doit contribuer à la création puis à la pérennité de cet avantage pour espérer obtenir une position dominante (ici celle d’être plus choisie que les sites des autres régions). Les 47 sites normands doivent être plus utilisés sur les trois prochaines années, que les autres sites ailleurs en France. La synergie territoriale serait la suivante :

1- La ville globale de Paris, celle qui fait partie des quatre villes mondiales mais est reléguée en quatrième, voire parfois est exclue de ce modèle, a tout intérêt à étaler son hinterland en matière de rayonnement symbolique et affirmer ainsi son statut de mégapole.

2- En effet, depuis les autres continents, la puissante notoriété de Paris peut être associée à d’autres territoires alentours qui seraient des extensions parisiennes, de la même manière que la baie d’Ha Long est associée à Hanoi ou bien le Kent et le Sussex sont des prolongements de Londres.

3- Les notoriétés de Reims et du Champagne ainsi que de quelques géosymboles[1] normands (Mont Saint-Michel, Falaises d’Etretat, cimetières américains et plages du débarquement) peuvent prendre la forme d’aménités parisiennes qui étendent cette métropole pour la présenter en tant que région urbaine.

4- Nous revoilà dans le projet du corridor entre Le Havre et Paris, alias le Grand Paris dont la Seine forme la colonne vertébrale, tel un projet métropolitain d’échelle interrégionale reposant sur l’hypothèse que Paris et la Basse Seine auraient vocation à former un ensemble économique intégré, comme le stipule les géographes normands et divers rapports politiques des dernières décennies.

En conséquence, l’avantage concurrentiel des sites français va reposer sur ce qu’on appelle la domination par les coûts et celui du transport est intéressant pour les sites normands (train ou bus privé) bien que l’accès à Paris soit difficile avec le trafic. Des sites comme ceux de Douains ou de Deauville restent pratiques depuis Paris. Ainsi, la reconnaissance des sites olympiques est facilitée, de même que le transit depuis leur pays lors des voyages. Peut être associée, pour renforcer l’avantage concurrentielle, la stratégie de différenciation qui doit théoriquement être identifiable par les consommateurs, durable, défendable face aux concurrents et non substituable. Le patrimoine paysager, architectural, l’ambiance métropolitaine ou la tranquillité bucolique sont des pistes de positionnement qui vont être pris en compte pour la qualité souhaitée du cadre de travail des sportifs. Mais beaucoup de territoires français disposent de ces atouts. Le caractère inimitable du positionnement va être difficile, les aménités territoriales étant assez substituables les unes aux autres. Le supplément de valeur pour les athlètes sera bien entendu la visite de Paris entre deux entraînements et la visite de la région notamment celle organisée par les édiles locaux en faveur de l’image touristique. On peut en effet espérer que les familles qui accompagnent les athlètes en 2024 veuillent visiter l’environnement où se sont tenus les entrainements, voire que les athlètes veuillent faire visiter à leur famille, la région où ils sont restés 10 jours ou 3 semaines. C’est là un lien particulier qui passe par une hospitalité qui doit être réfléchie sur le plan stratégique. Etre labellisé Terre de Jeux 2024 ou Génération 2024 y contribue pour installer un état d’esprit hospitalier.

En bilan, les clichés de la Normandie doivent accompagner son discours d’attraction. En effet, outre des intérêts techniques (passage du lieu d’hébergement au lieu d’entrainement à pied ; distance au centre-ville ; sécurisation des lieux vis-à-vis des fans…) pour sélectionner les sites, les équipes de l’étranger vont choisir selon les réseaux d’acteurs qu’elles ont en France et aussi le cadre de vie proposé (distance à la mer, environnement nature, patrimoine touristique d’envergure). En cela, la Normandie est une région proche de Paris avec un bord de mer, jouissant d’une bonne gastronomie et du célèbre Mont-Saint-Michel. On sait déjà que les journalistes locaux intervieweront des athlètes au bord des falaises d’Etretat en train de faire une pause sportive et de respirer l’air marin à plein poumon, tout en signant un autographe à un enfant du coin. Cette médiatisation sera majoritairement régionale et parfois nationale voire internationale (quel potentiel pour le Mont-Saint-Michel, la cathédrale de Rouen ou les falaises d’Etretat ?). Elle sera le meilleur vecteur de visibilité qui présentera la Normandie comme la part maritime de Paris en tant que ville globale. Voilà une mission stratégique pour faire apparaître Paris comme ville compacte (son réseau de transport très dense et efficace qui va faciliter les déplacements entre les sites olympiques) mais aussi comme mégapole, cette région urbaine qui dépasse l’Île-de-France. Pour bénéficier des effets économiques des JOP, la Normandie a tout intérêt à être parisienne.

Les emblèmes de la Normandie pour valoriser la région d’accueil des équipes sportives

Auteur : Charles-Edouard Houllier-Guibert – Maître de conférences à l’université de Rouen, en Stratégie et Territoire
Mars 2021

 


[1] Le géosymbole est un espace ou un lieu chargé d’une dimension symbolique pour une communauté. Joël Bonnemaison a inventé ce terme en tant que lieu, itinéraire, étendue qui, pour des raisons religieuses, politiques ou culturelles prend aux yeux de certains groupes ethniques, une dimension symbolique qui les conforte dans leur identité. En ce sens, les géosymboles sont des emblèmes territoriaux qui font sens commun et ils sont souvent utilisés dans la promotion touristique.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search