Les Jeux sont-ils l’apanage des villes globales ? Histoire et géographie d’un événement concentré

Alexandre Faure – Post-doctorant FFJ-EHESS


Les méga-événements, dont les Jeux Olympiques sont aujourd’hui l’emblème, ont toujours été liés aux grandes métropoles européennes, puis américaines, et aujourd’hui asiatiques. Les Expositions Universelles à Londres et Paris avaient marqué l’émergence d’événements internationaux majeurs, réguliers et institutionnalisés. L’instauration des premiers Jeux modernes à la fin du XIXème siècle à Athènes en 1896, puis à Paris en 1900 et Londres en 1908, fonde un nouveau type d’événement autour du sport (Durry, 2019).
Un siècle après les premiers Jeux, les métropoles historiques et aujourd’hui villes globales retrouvent un intérêt pour l’accueil des Jeux Olympiques. Paris est ainsi candidate pour 2008, 2012 et 2024, Londres et New York pour 2012, Tokyo pour 2016 et 2020, Los Angeles pour 2024… Il en résulte une concentration inédite des Jeux entre 2008 et 2028, avec quatre villes élues une troisième fois : Londres 2012, Tokyo 2020, Paris 2024, Los Angeles 2028.

Jeux Olympiques et villes globales : une histoire ancienne

Ce lien entre Jeux Olympiques et villes globales est d’autant plus visible en analysant les candidatures depuis 1896.
Rappelons tout d’abord que le mouvement olympique a très rapidement mis en place un système de candidature, puis un système d’élection de la ville hôte. Au démarrage, dans les années 1900 et jusqu’à la seconde guerre mondiale, de nombreuses villes sont incitées à devenir candidates afin d’élargir l’olympisme au-delà des nations européennes et des pays d’Amérique du Nord.
Cette extension des territoires de l’olympisme prend deux formes : une augmentation du nombre de pays participant en envoyant des athlètes et des délégations, un accroissement du nombre de cités hôtes. Ainsi, après Paris en 1900, c’est successivement au tour de Saint-Louis aux États-Unis d’Amérique, puis Londres, Stockholm, Anvers, Amsterdam et Los Angeles d’organiser les Jeux.
Ces événements sportifs sont tout d’abord centrés autour de l’Atlantique européens et états-uniens avant de s’étendre aux pays scandinaves et, dans les années 1930, aux pays d’Europe Centrale avec les Jeux de Berlin en 1936. Pour les Jeux suivant, le Comité International Olympique (CIO) octroie les Jeux d’hiver et d’été de 1940 au Japon, à Sapporo et à Tokyo. Cependant, en 1938, cette candidature est abandonnée par le gouvernement japonais dans le but de concentrer ses ressources sur la guerre qu’il mène en Chine.
Tokyo et Sapporo 1940 devaient être l’avènement d’un mouvement olympique internationalisé et ouvert au monde à travers une première édition en Asie. L’annulation des éditions de 1940 et 1944 va freiner cette ouverture. Il faut finalement attendre la seconde élection de Tokyo pour les Jeux de 1964 afin de voir l’olympisme s’implanter dans un pays asiatique.
Entre temps, Melbourne avait permis en 1956 d’établir les Jeux en Océanie. La période d’après-guerre s’avère beaucoup plus ouverte géographiquement et de nombreuses nouvelles villes accueillent les Jeux, que ce soit des métropoles régionales avec Helsinki 1952 et Montréal 1976 ou des métropoles mondiales avec Mexico 1968, Moscou 1980 et Séoul 1988. Cette période est caractérisée par une crise importante du modèle olympique et de son image, que ce soit avec les attentats de Munich en 1972, et les boycotts de Montréal, Los Angeles et Moscou par les blocs opposés. Finalement, la décennie 1990 permet d’améliorer singulièrement l’image des Jeux avec les réussites successives de métropoles régionales dont Barcelone 1992 (Garcia, 2019), Atlanta 1996 et Sydney 2000.

Athènes 2004 : retour aux sources et renforcement des critiques

L’apogée de cette période heureuse des Jeux, avec la dissociation de l’édition hivernale pour décaler les Jeux d’hiver de ceux d’été, devait avoir lieu à Athènes, 108 ans après leur renaissance. La ville est alors fortement transformée par la préparation de cette deuxième édition. De nombreuses infrastructures de transports sont construites, ainsi que des équipements sportifs. Stades, aéroport, piscines, métros et tramway, Athènes entend faire de ces Jeux une fête digne du lien qui existe entre cette ville et cet événement.
Si les Jeux d’Athènes se passent bien, la mise en héritage se révèle très rapidement problématique. Les équipements sportifs sont trop nombreux, trop grands, pas adaptés aux pratiques des habitants et à la capacité des autorités publiques à les entretenir. Les critiques sont nombreuses concernant le gigantisme des Jeux, leurs coûts et finalement leur impact négatif sur les villes.
Ces critiques sont alimentées par la préparation des Jeux de Pékin, ainsi que par les éditions de Sotchi en Russie en 2014 et de Rio en 2016 (Bouc, 2007 ; Malanski, 2020). Aux critiques précédentes s’ajoutent alors les scandales de corruption autour du dopage, du respect des droits de l’homme et au soutien à des dictatures. L’image des Jeux est profondément écornée.

La ville globale olympique : l’ambition d’une normalisation

C’est dans ce contexte que la question des villes globales se posent depuis les années 2000. Leurs candidatures tentent de répondre à une partie des critiques faites aux Jeux. Londres en 2012 a présenté un projet urbain olympique fondée sur des normes environnementales plus fortes que pour les anciennes éditions (Cohen, 2013 ; Davis & Groves, 2017) : réutilisation des équipements existants, limitation des construction, compacité des sites, diminution des temps de trajet…, la capitale britannique induit qu’il est possible de faire des Jeux nouveaux et vertueux. Notons que ce projet de Londres est aujourd’hui critiqué à plusieurs niveaux, notamment concernant l’impact sur le commerce et les populations vivant aux alentours des sites et du village (Fenton, 2013 ; Duignan, 2019).
Il apparaît un récit singulier dans les années 2000 autour des candidatures des villes globales, que John Lauermann, chercheur en études olympiques et urbaines de l’Université de New York City (City University of New York), qualifie d’« hautain », ou d’« arrogant ». En effet, contrairement aux candidatures s’appuyant sur un récit centré sur le développement urbain (ex. Barcelone, Athènes, Sydney), et les récits plus nationalistes (ex. Istanbul, Pékin, Sotchi) (Yiben, 2018), les récits des villes globales ont pour objectif de transformer les Jeux, d’en modifier l’image, de mettre en lumière les atouts de la densité, de la centralité que seules ces villes possèdent.
Paris 2024 est certainement le plus abouti des projets urbains olympiques dans ce sens. Parmi les installations sportives, seul le centre olympique aquatique sera construit, les autres sites seront rénovés ou temporaires. La candidature concentre son attention sur le respect des engagements environnementaux et sur la maîtrise des coûts avec une faible participation des deniers publics. Le village sera un nouveau quartier au cœur d’un secteur en pleine rénovation, comportant de nombreux logements sociaux, étudiants, des espaces verts et un accès aux transports en commun privilégié.
Pour les auteurs des dossiers de candidatures de Londres, Tokyo, Paris ou Los Angeles, le fait d’accueillir un méga-événement comme les Jeux, s’inscrit pleinement dans les fonctions urbaines de ces villes. De ce fait, le récit des villes globales urbains olympiques insiste sur l’adéquation de ces villes avec l’organisation de ces événements. Dès lors, les Jeux n’ont plus la vocation de changer la ville, c’est la ville globale qui doit changer les Jeux.

Un détour par les chiffres : villes candidates, villes hôtes, et villes globales olympiques

Pour bien comprendre le lien entre les villes globales et les Jeux Olympiques, un détour par les chiffres est nécessaire. Nous nous concentrerons ici sur les Jeux Olympiques d’été.
Sur la période 1896-2028, soit 132 années, 32 villes ont été élues ville hôte. Les éditions de 1916 et 1944 n’ont pas eu lieu et n’ont pas donné lieu à une élection, contrairement à 1940 pour laquelle une ville hôte a été désignée mais les Jeux ont été annulés.

Sur les 32 élections, 152 candidatures ont été enregistrées par le CIO, 62 villes différentes ont été candidates et 23 villes ont été hôtes. La concentration des candidatures est donc très importante.

Parmi les 23 villes élues hôtes, 4 villes ont été élues 3 fois (Londres, Tokyo, Paris, Los Angeles) et une ville 2 fois (Athènes).
La concentration temporelle des années 2000 est visible lorsque l’on compare la temporalité suivante : l’élection de ces 4 villes triplement olympique intervient entre 2004 et 2017, alors que l’obtention pour ces mêmes villes d’une deuxième édition s’étale de 1924 pour Paris, à 1984 pour Los Angeles. Il aura donc fallu 60 ans pour ces quatre villes afin de devenir doublement olympique et seulement 13 ans pour le devenir triplement.

Tableau 1 : Chronologie des candidatures réussies pour les 4 villes
triplement olympique pour les Jeux Olympiques d’été sur la période 1896-2028 
Paris 1900
Londres 1908
Paris 1924
Los Angeles 1932
Tokyo 1940
Londres 1948
Tokyo 1964
Los Angeles 1984
Londres 2012
Tokyo 2020
Paris 2024
Los Angeles 2028

Géographie des candidatures olympiques : le reflet de l’accaparement des Jeux par quelques villes

L’Europe et l’Amérique du Nord concentrent le plus de candidatures pour les Jeux Olympiques d’été. Sur les autres continents, les candidatures sont peu nombreuses et il convient de les décrire pour appréhender la très inégale répartition des candidatures et des villes hôtes.
L’Afrique est le seul continent à ne pas avoir eu les Jeux. Seules deux villes ont été candidates : Alexandrie pour 1916 et 1936 et Cape Town en 2004 (Beha, 2018). La candidature de l’Afrique du Sud doit être mise en parallèle avec l’accueil de la Coupe du Monde de la FIFA de 2010 et montre que ce n’était pas un essai anodin. Cependant, le Comité Internationale Olympique pose des conditions très élevées notamment dans le domaine de la sécurité, des équipements et des infrastructures dont les coûts sont prohibitifs pour une majorité de gouvernements dans le monde.
Ainsi, si l’Afrique compte peu de candidatures, c’est aussi le cas d’autres régions du monde, notamment le Moyen-Orient, l’Asie Centrale, l’Asie du Sud, l’Amérique Centrale et l’ensemble de l’Océanie en dehors de l’Australie. Les sept candidatures sud-américaines sont celles de Buenos Aires (4), Rio de Janeiro (2) et Brasília, ce qui signifie que seulement deux pays d’Amérique du Sud ont porté une candidature pour les Jeux et que seul le Brésil les a accueilli tardivement en 2016.
L’Asie connaît aussi une situation très étriquée avec cinq éditions : trois à Tokyo, dont une annulée, une à Pékin et une à Séoul. Géographiquement, les Jeux se concentrent ainsi sur une région très spécifique de l’Asie allant du nord de la Chine au Japon en passant par la Corée du Sud (Mangan, 2013 ; Featherstone & Tamari, 2019).

Tableau 2 : Répartition par continent des candidatures et
des succès pour les Jeux Olympiques d’été sur la période 1896-2028 
Candidatures Succès
Afrique 3 0
Amérique du Nord 38 7
Amérique du Sud 7 1
Asie 11 5
Europe 88 17
Océanie 5 2

Conclusion

Au cours de leur histoire, l’organisation des Jeux Olympiques s’est déployée sur plus d’une vingtaine de villes situées dans des pays anciennement industrialisés et des pays relativement riches par rapport à leurs voisins. Les Jeux sont principalement portés par des capitales et malgré un élargissement remarquable des villes hôtes durant la période de la guerre froide, on note dans les années 2000 une nouvelle phase d’accumulation des Jeux dans les villes globales.


Bibliographie

  • Beha Heidi (2018), Olympic and Paralympic games: ever in Africa?, MESGO.
  • Bouc Alain (2007), L’envers des médailles : JO de Pékin 2008, Bleu de Chine.
  • Cohen Phil (2013), On the wrong side of the track? East London and the post-Olympic, Lawrence & Wishart, 2013.
  • Davis Juliet, Groves Christopher (2019), “City/Future in the making: masterplanning London’s Olympic legacy as anticipatory assemblage”, Futures, vol. 109: 13-23.
  • Duignan Michael (2019), “London’s Local Olympic Legacy: small business displacement, clone town effect and the production of urban landscapes”, Journal of place management and development.
  • Durry Jean (2019), “The “Coubertin project” Paris 1900: What might have been”, Journal of Olympic history, vol. 27, no. 3, pp: 8-19.
  • Featherstone Mike, Tamari Tomoko (2019), “Olympic Games in Japan and East Asia: Images and legacies: an introduction”, International journal of Japanese sociology, vol. 28, no 1, pp: 3-10.
  • Fenton Emma (2013), London 2012: Sustainable Legacy?, Institution of Environmental Sciences.
  • Garcia Aude-Lise (2019), Barcelone : un modèle olympique, Éditions universitaires européennes.
  • Malanski Daniel (2020), “When party is over: The fragmentary references of an emergent and socially progressive Brazil in the 2012 London/Rio Handover ceremony and beyond”, The International Journal of the History of Sport, 37:5-6, 396-413.
  • Mangan James Anthony, (2013), The triple Asian Olympics: Asia rising: The pursuit of national identity, international recognition and global esteem, Routledge.
  • Yiben Ma (2018), “Online Chinese nationalism: A competing discourse? A discourse analysis of Chinese media texts relating to the Beijing Olympic torch relay in Paris”, The journal of international communication, vol. 24, no 2, pp: 305-325.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search