Stade de France – Un équipement de flux dans un quartier aux mobilités contraintes

Céline Caliaro – Fondation France-Japon de l’EHESS

Alexandre Faure – Fondation France-Japon de l’EHESS, Yokohama City University

Thị Ngọc Tú LÊ – Hoa Sen University, Fondation France-Japon de l’EHESS


Après avoir retracé en juin dernier, sur le carnet OGGC, l’histoire du quartier du Stade de France et sa place dans le paysage des stades olympiques, cet article interroge le paradoxe d’avoir construit un équipement fondamentalement au cœur de flux intenses et éphémères dans un quartier parsemé de contraintes nombreuses aux mobilités des habitants comme des visiteurs.

Pour cet article, l’équipe de la Fondation France-Japon de l’EHESS s’est rendue au Stade de France et dans ses alentours pour observer l’organisation et l’état des espaces publics. Les photos présentes dans cet article sont issues de ce terrain. Elles viennent illustrer les réflexions et l’analyse de l’accessibilité du parvis du stade et de son quartier.


Un plan des circulations contraint et difficilement lisible

Le Stade de France peut accueillir jusqu’à 80 000 spectateurs en configuration football ou rugby. Les spectateurs proviennent en grande majorité des stations de transport au nord (métro 13), au sud-ouest (RER D – Réseau Express Régional) et au sud (RER B). Si une large avenue a été construite entre la station du RER B et le stade, l’accès depuis le RER D est quant à lui rendu difficile par l’aménagement d’un petit souterrain sous l’autoroute A1. Ce souterrain est par ailleurs l’un des éléments clefs pour comprendre les problèmes rencontrés par les spectateurs de la finale de la Ligue des Champions de l’UEFA à l’été 2022. Plus généralement, ce passage n’est ni correctement dimensionné pour les grands événements, ni accueillant et confortable pour les habitants et usagers du quartier. Ce manque de confort est tout aussi flagrant dans le cas du cheminement depuis la ligne 13 du métro au nord, passant sous l’échangeur autoroutier et débouchant au bord du canal entre des grillages de sécurité, des vestiges de l’Euro 2016, et des revêtements chaotiques.

La difficulté de circulation dans le quartier du stade et notamment pour son contournement vient en grande partie des choix faits au début des années 1990 concernant la construction de l’équipement, mais aussi concernant la priorité donnée à la gestion des flux intenses liés aux événements au détriment des flux locaux et traversant le secteur quotidiennement.

Le stade est ainsi inséré dans une dalle dont le plateau se situe en hauteur par rapport aux berges du canal et aux rues menant aux stations de RER au sud. Ainsi, le spectateur accède facilement aux tribunes puisque les accès depuis les portes du stade se situent légèrement en hauteur par rapport au niveau du terrain. L’inconvénient de ce choix visant à faciliter l’accès au stade depuis l’extérieur, est que l’espace public aux abords du stade doit comprendre un certain nombre d’accès permettant de monter sur la dalle. Cet accès est relativement simple à l’est du stade car la construction du quartier adjacent a pris en compte ce problème en intégrant une pente régulière sur l’ensemble du secteur depuis le canal, ainsi qu’en direction de la station de RER B grâce à la construction de l’avenue piétonne en pente douce, mais c’est beaucoup plus compliqué au nord et à l’ouest, ainsi que pour le franchissement du canal au nord et à l’est.

Cliquez sur les images pour les voir en format original

Illustration 1 : Accès sud vers la station du RER B. Alexandre Faure, 2022.

 

Illustration 2 : Pont d’accès sud sous l’A86 vers la station du RER B. Alexandre Faure, 2022.

 

Illustration 3 : Accès sud depuis la station du RER B. Alexandre Faure, 2022.

Au nord du stade en direction de Saint-Denis, les contraintes sont multiples. Pour descendre de la dalle, les spectateurs, tout comme les habitants et les visiteurs, doivent utiliser l’un des escaliers depuis la passerelle au-dessus du canal, ou vers les berges de ce canal pour marcher sur le pont routier et sous le pont autoroutier. L’escalier depuis la passerelle donne sur un espace public totalement dégradé entouré de barrières de sécurité et de plots en béton visant à dissuader l’installation de campements illégaux. Un seul ascenseur est disponible pour les personnes ne pouvant pas utiliser les escaliers, et une rampe en pente forte et peu commode permet aux cyclistes de rejoindre le pont. 

Illustration 4 : Escalier depuis la passerelle nord. Alexandre Faure, 2022

 

Illustration 5 : Rampe d’accès cycliste. Alexandre Faure, 2022

 

Illustration 6 : Ascenseur et accès à la passerelle nord. Alexandre Faure, 2022

Bientôt trente années après la construction du stade et vingt ans après celle du quartier adjacent, les choix réalisés à l’époque apparaissent aujourd’hui dépassés par l’intégration de ce secteur dans un nouveau cadre urbain qui n’avait pas nécessairement été anticipé au moment de sa commande. L’aménagement des berges du canal, l’urbanisation de la Plaine au sud, la construction des bureaux du Landy, le lancement des chantiers de la ZAC et du centre aquatique olympique, et le futur réaménagement de l’échangeur autoroutier ainsi que des espaces disponibles entre Saint-Denis et le stade bouleversent le regard que l’on porte sur ce quartier et son utilité. En plus d’être un lieu d’événementiel sportif et culturel consumériste, les abords doivent devenir un espace public de circulations entre les quartiers et plus seulement un nœud routier et autoroutier. Cette mutation de la fonction du parvis du stade se heurte cependant à des problématiques plus profondes d’aménagement des espaces publics qui vont bien au-delà des choix structurants, et touchent à la conception même de la rue, des circulations et de l’inclusivité.

Des infrastructures vieillissantes et non-inclusives

En effet, si la dalle est difficile d’accès, ce n’est pas seulement à cause de son organisation et de ses liens avec les espaces alentour. Aujourd’hui, c’est l’ensemble de l’infrastructure, des surfaces, des revêtements, des signalisations qui doit être retravaillé. 

Le choix a été fait de cantonner les circulations routières au nord et à l’ouest du stade sur la dalle, en laissant la portion sud et ouest aux piétons ainsi qu’aux mobilités actives. Ces espaces sont totalement nus et minéraux, sans arbres ni ombres, et quasiment sans mobilier urbain. Ils sont fait pour une circulation rapide et intense. La proximité des autoroutes rend le lieu inhospitalier et pollué. Cet espace n’est ni accueillant, ni reposant, ni attractif.

Illustration 7 : Parvis ouest du stade. Alexandre Faure, 2022.

 

Illustration 8 : Parvis sud du stade. Alexandre Faure, 2022.

Sur les secteurs ouest et nord, la route est omniprésente avec une circulation qui n’est pas apaisée, un manque de respect des zones de parkings et une bande cyclable étroite qui est à la fois dangereuse pour les cyclistes et les automobilistes. 

Au nord, le revêtement bosselé rend la circulation à vélo, à pied ou avec des objets techniques (canne, chariot, fauteuil) difficile et même dangereuse à certains endroits. La passerelle est elle aussi en mauvais état. Il n’existe aucun cheminement pour les personnes malvoyantes. Enfin, le stade en forme légèrement ovale est entouré de grilles de sécurité formant un rectangle qui rend le trajet de contournement du stade long et peu intuitif.

Illustration 9 : Parvis est du stade. Alexandre Faure, 2022.

Pour résumer, le stade et son parvis ont été conçus pour les évènements, mais pas pour les habitants. L’espace public l’entourant est de mauvaise qualité et détérioré. Les aménagements olympiques et les chantiers en cours ou à venir dans les quartiers adjacents vont donner l’occasion de transformer ces espaces pour répondre aux besoins de l’évènementiel et d’amélioration de la qualité de vie des habitants et des visiteurs. 

Nous reviendrons sur les défis qui attendent le stade et son quartier dans un quatrième et dernier article à paraître prochainement.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search