Stade de France, stade olympique et après ?

Alexandre Faure – Post-doctorant à la Fondation France-Japon de l’EHESS et chargé du projet OGGC


Suite à la polémique née de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France en mai 2022, plusieurs débats sont survenus, que ce soit sur la gestion des foules par les forces de l’ordre, l’organisation des équipes en charge de l’accueil du public, la lutte contre la fraude et la délinquance, l’attitude des supporters, et enfin sur l’aménagement des alentours du stade.

La Fondation France-Japon de l’EHESS, à travers le programme de recherche sur les Jeux Olympiques et Villes Globales (Olympic Games and Global Cities – OGGC), souhaite participer à ces débats en mettant en lumière le rôle du Stade de France dans l’aménagement de la Plaine Saint-Denis, les limites induites par les ambitions que les autorités publiques avaient fondé dans sa construction, et son avenir dans l’un des territoires les plus pauvres de France métropolitaine, mais aussi le plus jeune et le plus cosmopolite.

Le Stade de France est un élément archétypal d’une fonction métropolitaine (fonction de l’événementielle) implantée sur un territoire en périphérie immédiate du cœur d’agglomération, dans l’objectif d’accroître l’attractivité de la ville globale parisienne. Il est à la fois le symbole de la société consumériste incarnée par le football professionnel, et le symbole des inégalités inhérentes aux grandes métropoles internationales, faisant converger en un même lieu l’ensemble des maux économiques et sociaux qui parcourent notre société contemporaine. 

Cette série d’articles propose de contextualiser le Stade de France et son rôle dans la ville à partir de quatre questions centrales pour comprendre ce qu’il représente aujourd’hui et les défis pour son avenir :

  1. Le Stade de France est-il un stade olympique comme un autre ? 
  2. Quelle place occupe t-il dans la transformation de la Plaine Saint-Denis depuis les années 1990 ?
  3. Pourquoi son parvis et sa fonction sont si mal intégrés dans la ville ?
  4. Quel avenir pour ce Stade et son environnement immédiat après les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 ?

Quelle est la place du Stade de France dans le paysage des stades olympiques récents ?

Un stade sans la ville. Tout spectateur qui est déjà allé au Stade de France a pu constater l’enchevêtrement des fonctions urbaines de ce petit îlot inséré entre deux autoroutes et un canal. Les cheminements piétons allant des stations de RER (Réseau Express Régional – systèmes de trains de banlieue franciliens) et de métro au parvis du Stade de France, une grande dalle de béton stressée par le trafic routier avoisinant et, en été, par le manque d’ombres et de verdure rafraîchissante, sont particulièrement inaccueillant pour le visiteur comme pour les habitants. Pour les utilisateurs d’autres modes actifs (cyclistes, parents avec poussettes) et pour les personnes en fauteuil roulant ou ayant des difficultés de déplacement, le lieu ne peut quasiment pas être traversé à cause des nombreuses barrières existantes et des aménagements piétons inadéquats pour les autres usagers (nous étudierons plus précisément cela dans les prochains articles de la série). Il règne donc une forme d’incohérence entre la nécessité d’organiser des flux rapides, fluides, multiples et inégaux dans le temps (en dehors des matchs et événements, il y a peu de passage relativement à la taille des espaces publics), et une trame urbaine qui n’est pas accueillante, difficilement lisible pour le visiteur d’un soir, et coupée de la vie urbaine alentours.

Contrairement aux autres stades et salles parisiennes et grands parisiennes, le Stade de France est profondément coupé de son environnement urbain. Le Stade Charlety, le Parc des Princes et le Stade Jean Bouin sont certes construits en bordure de Paris, mais ils sont connectés à la ville et facilement accessibles. Le Stade Bauer à Saint-Ouen et le Stade Olympique Yves du Manoir à Colombes sont bien implantées dans leur environnement urbains. Chaque site à ses défauts, mais ils ne sont pas isolés de la ville dans laquelle ils sont implantés. Certains accueillent des événements sportifs amateurs, voire sont partiellement ouverts aux pratiques des amateurs. 

Les sites sportifs et de l’événementiel contemporains sont d’une nouvelle nature, notamment ceux sélectionnés pour les Jeux Olympiques et Paralympiques. La salle Paris La Défense Aréna, la nouvelle Très Grande Salle de la Chapelle et le Stade de France, sont trois éléments urbains dont la construction prévoit un isolement strict entre la fonction événementielle et l’urbanité. Les abords sont minéraux et l’espace public est nettement délimité de l’espace du stade par un ensemble de dispositifs urbanistiques, sécuritaires, et de gestion des flux qui désolidarisent ces lieux de leur environnement immédiat. Ils prennent la forme globalisée de l’aménagement événementiel, mais ils ont aussi la particularité de ne pas correspondre aux caractéristiques des aménagements olympiques de la période 1990-2020 qui faisaient références à l’idée de parc olympique.

Pas de parc, ni de parc olympique. La différence fondamentale entre le projet urbain olympique de Paris et les Jeux précédents repose dans l’absence d’un parc olympique, ou d’un secteur dédié au sport professionnel intégré dans un parc plus ou moins grand et devant marquer le paysage urbain. Sur la série d’illustrations suivantes, sont représentés grâce aux images satellites ESRI, les stades olympiques des Jeux d’été dans leur environnement immédiat depuis Barcelone 1992. 

Illustration 1 : Parc Olympique de Barcelone 1992.

Illustration 2 : Parc Olympique d’Atlanta 1996.

Illustration 3 : Parc Olympique de Sydney 2000.

Illustration 4 : Parc Olympique d’Athènes 2004.

Illustration 5 : Parc Olympique de Pékin 2008.

Illustration 6 : Parc Olympique de Londres 2012.

Illustration 7 : Parc Olympique de Rio 2016.

Illustration 8 : Stade Olympique de Tokyo 2020.

Illustration 9 : Stade de France.

Sur la série de carte ci-dessus, la logique du parc olympique est très visible jusqu’à Rio (dont le projet urbain olympique est divisé en deux parcs, et séparé du Maracana). Pour Tokyo, le secteur du stade olympique regroupant quelques équipements, se situe au cœur de l’agglomération, alors que la zone de la baie est très large, regroupant de nombreux terre-pleins et sites olympiques discontinus (d’où la taille très large de la zone). Enfin, à Paris, les sites sont éparpillés, et le cadre mis en valeur sur l’image comprend à l’est le village en construction, et de l’autre le Stade de France et le centre aquatique olympique. 

Il n’existe pas de parc olympique spécifique à Paris, ni à Tokyo où la dilution dans l’espace urbain des sites ne fait pas ressortir une zone dense dédiée à l’olympisme. Cette transformation du projet urbain olympique qui intervient à la fin des années 2010 (l’élection de Tokyo à lieu en 2013 et Paris en 2017) peut être considérée comme une rupture avec la période précédente. Les parcs olympiques, qui ne sont pas initiés par Barcelone, mais dont l’envergure et l’ambition deviennent de plus en plus importantes jusqu’à Londres et Rio, font partie d’un imaginaire du site olympique antique dont l’ensemble des épreuves étaient organisées dans un espace restreint. Dans la ville contemporaine et globale, le parc olympique a une double fonction : globale en tant que fonction événementiel, locale comme une espace public récréatif.

Dans le cas parisien, le Stade de France est isolé (il le sera moins avec la construction du centre aquatique olympique) des autres équipements événementiels parisiens, et son esplanade n’est pas un lieu récréatif. La proximité du canal Saint-Denis qui tend à devenir un lieu de promenade, le développement des quartiers au sud du Stade et à l’ouest avec la rénovation du quartier Pleyel, pourraient donner une nouvelle ambition aux collectivités locales pour le Stade. La grande inconnue reste la capacité à faire émerger des cheminements piétons et cyclistes, ainsi qu’à diminuer les contraintes multiples pesant sur le quartier, tout particulièrement celles liées à la circulation automobile et au manque d’espaces verts.

Auteur : Alexandre Faure – Post-doctorant à la Fondation France-Japon de l’EHESS,
Chargé du projet OGGC

Juin 2022


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search